Editorial

Edito du Président

Publiée le 11 mars 2019 par Cyril GAYSSOT
Depuis plus d’un an maintenant le gouvernement a engagé des réformes structurelles de tous les acteurs de l’Emploi
La loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel » de Septembre 2018 concentre l’essentiel des évolutions des secteurs de la formation ( OPCA), de l’accompagnement et du placement (Pole emploi), de l’emploi des personnes en situation de Handicap (EA, OETH), des circuits de financements (nouvelles missions de l’URSSAF, création du PIC (Plan Investissement Compétences), création d’un Conseil de l’Inclusion par l’Emploi (CIE) regroupant toutes les parties prenantes œuvrant auprès des publics éloignés de l’emploi. Une seconde loi, « Santé au travail » est en cours d’élaboration et viendra certainement compléter ces réformes voulues par l’Etat.
Entre contraintes budgétaires et volonté de réforme de l’Etat, les entreprises adaptées ont du se frayer un chemin et s’imposer comme un sujet majeur. C’est pour cela que l’UNEA s’est mise en ordre de bataille, avec votre soutien, pour collecter et produire des données fiables afin de combattre les préjugés, pour défendre et renforcer l’identité de notre modèle, tout en proposant des nouvelles modalités d’intervention pour jouer un rôle plus important dans la lutte contre le fléau du chômage des personnes en situation de handicap.
Notre Modèle, c’est la somme de toutes les composantes historiques des Entreprises Adaptées, c’est le mélange des cultures (médico-sociale, entreprenariat social...), c’est une pluralité de forme d’entreprendre (associative, coopérative, commerciale...), c’est une spécialisation ou pas de prise en compte d’une typologie de handicap.  Cette diversité, c’est notre richesse.
Ce qui nous rassemble, c’est la finalité de notre mission : développer des activités économiques viables et rentables au service de l’emploi des personnes en situation de handicap, dans l’objectif de les accompagner dans l’expression et la réalisation de leurs projets professionnels. 
Au premier jour de la concertation avec les services de l’état, nous avons posé ce cadre-là : le changement est indissociable de notre identité .
C’est pour cela que nous avons voulu une séparation des budgets afin de distinguer le budget consacré à l’Entreprise Adaptée « socle » (et de ses évolutions) et le budget alloué aux expérimentations. 

Pourquoi des expérimentations ? 

Face au défi des 515 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap, nous nous devions de répondre présents. Nos entreprises adaptées ont du talent, nous en avons apporté la preuve durant la concertation qui a abouti à la signature de l’Engagement national  le 12 juillet dernier. Cet engagement traduit la confiance que l’état nous accorde pour relever le défi de l’emploi des personnes en situation de handicap.
Il fallait donc essayer de nouveaux outils pour étendre la palette des réponses : pour les personnes, quelles que soient leurs difficultés, comme pour les Entreprises adaptées, quelles que soient leurs typologies.
A titre d’exemples :
  • La modernisation de la Mise à Disposition permettra aux Entreprises Adaptées de mieux valoriser leur talent d’accompagnement des personnes et d’inculquer aux entreprises utilisatrices leur savoir-faire incusif.
  • L’élargissement du spectre des publics éligibles aux dispositifs, et la possibilité d’agir sur les personnes en risque de perte d’emploi du fait de leur handicap devraient permettre d’élargir les possibilités de recrutement des Entreprises Adaptées
  • Les expérimentations CDD Tremplins et EATT permettront de développer une filière « placement » que nous devrons valoriser auprès de nos partenaires économiques.
Chacun d’entre nous devra se saisir de cette nouvelle palette de dispositifs, selon ses moyens, selon son contexte.
Le changement d’échelle des Entreprises Adaptées, c’est imposer notre modèle plus fortement dans l’écosystème économique. Cela demande plus d’ouverture aussi, c’est la notion « d’optique inclusive » qui doit permettre plus d’échanges et de mixité avec le monde qui nous entoure. Là encore, ceci doit être abordé dans l’intérêt des personnes et de leurs projets mais aussi comme autant d’opportunités de croissance et de développement pour nos Entreprises adaptées.
Nous sommes des entreprises ordinaires avec une mission extraordinaire. Nous apportons la preuve que nous pouvons être économiquement performants et socialement utiles et efficients.
D’ici à 2022 la trajectoire budgétaire sur laquelle l’Etat s’est engagé nous permettra de réaliser 40 000 nouvelles mises en emploi, soit un doublement du secteur. Cette reconnaissance et cette confiance dans les entreprises adaptées pour relever ce défi n’étaient pas évidentes il y a encore quelques mois. Notre modèle a été fortement questionné durant cette année de concertation, sur ses financements, son utilité, ses pratiques. Nous avons su y répondre, tous ensemble, et convaincre l’Etat de l’intérêt de soutenir nos entreprises.
L’UNEA sera toujours aux côtés de ceux qui créent comme de ceux qui souffrent. De nombreux partenariats sont en cours de finalisation pour accompagner notre changement d’échelle, complémentaires au fonds de transformation prévu dans l’Engagement national. L’Académie UNEA est d’ores et déjà en mesure de proposer les premières formations pour vous accompagner. Mobiliser vos équipes pour qu’elles s’approprient les enjeux du nouveau cadre d’intervention des Entreprises Adaptées.
C’est tous ensemble, dans nos diversités, que nous relèverons le défi. Sortons maintenant de la vallée, pour aller vers les cimes !