Covid 19

Les annonces du Président de la République

Publiée le 13 mars 2020 par Sébastien CITERNE
Le président de la République Emmanuel Macron s’est exprimé hier soir à 20h pour présenter une série de mesures destinées à lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus Covid-19 et ses conséquences. Il s'agit, selon Emmanuel Macron, de « la plus grave crise sanitaire depuis un siècle ».

LES MESURES A RETENIR

Les crèches, écoles, collèges, lycées et universités fermeront dès lundi et ce jusqu'à nouvel ordre

Cela concerne 62.000 établissements et plus de 12 millions de jeunes. Mais un « service de garde sera mis en place région par région », afin que les personnels soignants, « indispensables à la gestion de la crise sanitaire, puissent faire garder leurs enfants ».  Ce vendredi, le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé que les écoles resteraient fermées au moins deux semaines. Cela pourra impacter les salariés qui ont des enfants à charge.

Les plus de 70 ans et les plus fragiles incités à rester chez eux
 

Le président de la République a demandé à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, à celles qui souffrent de maladies chroniques, de troubles respiratoires, ou sont en situation de handicap, de rester autant que possible à domicile. L'UNEA a bien évidemment demandé des précisions sur ce point, car si le principe de protection des publics vulnérables est capital, la seule reconnaissance de travailleur handicapé n'implique pas automatiquement une vulnérabilité particulière au Covid-19.

A ce sujet, Le Haut Comité de Santé Publique considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

  • personnes âgées de 70 ans et plus (même si les patients entre 50 ans et 70 ans doivent être surveillés de façon plus rapprochée) ;
  • patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • les malades atteints de cirrhose au stade B au moins
  • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque ;
  • Les diabétiques insulinodépendants ou présentant des complications secondaires à leur pathologie (micro ou macro angiopathie) ;
  • les insuffisants respiratoires chroniques sous oxygénothérapie ou asthme ou mucoviscidose ou toute pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les personnes avec une immunodépression :
  1. médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
  2. infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mn³
  3. Consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques,
  4. atteint d’hémopathie maligne en cours de traitement,
  5. présentant un cancer métastasé,
  • Les femmes enceintes par analogie avec les séries publiées sur le MERS-CoV et le SRAS en dépit d’une petite série de 18 cas d’infections à SARS-CoV-2 ne montrant pas de sur-risque ni pour la mère ni pour l’enfant ;
  • Les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m² : par analogie avec la grippe A(H1N1)

Les transports publics « maintenus », mais les déplacements doivent être limités « au strict nécessaire »

Les transports publics seront maintenus mais le président en appelle à la responsabilité de chacun pour limiter les déplacements inutiles et demande aux entreprises d’intensifier le recours au télétravail pour les salariés. Pour les Entreprises Adaptées les activités ne se prêtent malheureusement que très peu au télétravail.

Des mesures « exceptionnelles et massives » de chômage partiel

Face à une crise qui paralyse l’économie et notamment les secteurs du tourisme et de l'hôtellerie, Emmanuel Macron s'est engagé à mettre en place des mesures qualifiées d’ « exceptionnelles et massives » de chômage partiel et il s'est engagé à ce que l'État prenne « intégralement en charge » l'indemnisation de certains salariés. Vendredi 13 mars, c’est la ministre du travail, Muriel Pénicaud qui a confirmé que l'État prendra en charge intégralement le chômage partiel demandé par les entreprises pénalisées par la propagation du nouveau coronavirus. De nombreuses entreprises adaptées sont déjà touchées et doivent recourir à l'activité partielle. Des enjeux bien spécifiques à notre modèle (AAP et sanctuarisation du contingent) seront nécessaires pour accompagner les entreprises. 

Un « plan de relance » de l’économie en préparation

Alors que les bourses ont subi un plongeon historique jeudi 12 mars, Emmanuel Macron a annoncé travailler à un plan de relance national et européen. 

Un délai accordé sans condition aux entreprises pour le paiement des cotisations

Les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité, le paiement des cotisations et impôts dus en mars. « Nous travaillerons ensuite sur les mesures de rééchelonnement », a dit le Président, qui a promis de s'émanciper des lourdeurs habituelles de l'administration. Les mesures annoncées par le gouvernement français pour faire face à la crise économique provoquée par le coronavirus « coûteront des dizaines de milliards d'euros », a fait savoir vendredi le ministre des finances, Bruno Le Maire. 

Pourquoi adhérer ?

Ensemble, développons l'emploi dans les Entreprises Adaptées
Militons pour une société solidaire et inclusive,
participons au développement de l'entrepreneuriat adapté 
  • 560 entreprises adhérentes
  • 1er réseau représentatif des EA
  • 7 chargés de missions à votre écoute
Découvrir