Editorial

Editorial du 20 septembre 2017

Publiée le 20 septembre 2017 par Stéphane Foisy, Président
La rentrée 2017 est très contrastée.
Si l’UNEA de son côté peut se féliciter de dépasser pour la première fois les 500 Entreprises Adaptées adhérentes, si l’UNEA est heureuse de vous accueillir dans ses nouveaux locaux (36 rue du Chemin vert dans le 11ème arrondissement), si l’UNEA est heureuse de vous présenter ses 6 nouveaux chargés de mission régionaux, si l’UNEA est heureuse de vous annoncer la signature officielle de son projet soutenue dans le cadre du Projet d’investissement d’avenir, les signaux budgétaires pour notre secteur se compliquent dangereusement.
 
Lors des discussions des modalités de la loi de finances 2017, lorsque le gouvernement précédent nous avait annoncé financer 500 nouvelles aides au poste, puis permettre au-delà une fongibilité des crédits entre les contrats aidés (CAE) et les aides au poste pour l’équivalent de 500 autres postes, l’UNEA avait émis immédiatement des réserves : cette solution, non pérenne, ne pouvait pas satisfaire les dirigeants d’Entreprise Adaptée qui ont besoin de visibilité pour développer leurs projets.
 
Si les 250 premiers postes ont bien été distribués le 11 juin dernier, cette enveloppe n’a pas permis de couvrir l’intégralité des besoins des Entreprises Adaptées pour l’exercice 2017. Pire, ce dispositif est venu accentuer les inégalités sur les territoires : en effet, certaines régions n’ont pas pu bénéficier de cette fongibilité car l’intégralité de leur enveloppe de contrats CAE avait déjà été consommée par ailleurs. Or il s’avère que certaines de ces régions avaient également des besoins importants en Aides au poste.
 
Alors, quand la position du gouvernement a été annoncée cet été sur les contrats aidés, nous savions qu’il ne permettrait pas de financer les 250 derniers postes promis aux Entreprises Adaptées. C’est un premier signe négatif important pour notre secteur, et les Entreprises Adaptées « payent les pots cassés » d’un dispositif qu’elle ne souhaitait pas.
 

Que faire alors aujourd’hui ? 

Il est d’autant plus important de réussir la seule bourse au poste de l’exercice 2017 que la DGEFP a lancé début septembre. Même si le jeu sera difficile, étant donné le peu de marge de manœuvre que les régions auront, il ne serait pas concevable de voir l’enveloppe initiale des 750 postes alloués à l’exercice 2017 non totalement utilisée.
 
L’UNEA sera attentif au fait que cette bourse au poste permette :
  • un travail d’optimisation sur l’ensemble des territoires
  • d’enclencher un travail d’harmonisation, notamment pour les Entreprises Adaptées en forte sur consommation
  • à toutes les Entreprises Adaptées de consommer 100% de leur contingent.
 
Je ne vous cache pas que les forces vives de l’UNEA, le Conseil d’administration de l’UNEA, nos Délégués régionaux, nos adhérents et nos salariés se mobilisent déjà pour rappeler la nécessité de respecter les engagements du contrat de développement responsable et performant du secteur adapté qui sont notamment de financer 5000 nouveaux postes sur la période 2017 - 2021. C’est tous ensemble que nous devons valoriser notre modèle et prouver son efficacité économique et sociale. 
 
Dès à présent et conformément à l’engagement pris au cours de notre Assemblée générale, nous invitons les Entreprises Adaptées qui se trouvent dans une situation de surconsommation à nous remplir le fichier Excel ci-dessous et à nous communiquer toutes les pièces justificatives (copie écran ASP….) afin que nous puissions remonter les informations à la DGEFP. Merci de retourner ce fichier sur l'adresse: info@unea.fr
 
 
 
 
 
 
 
 

Pourquoi adhérer ?

Ensemble, développons l'emploi dans les Entreprises Adaptées
Militons pour une société solidaire et inclusive,
participons au développement de l'entrepreneuriat adapté 
  • 560 entreprises adhérentes
  • 1er réseau représentatif des EA
  • 7 chargés de missions à votre écoute
Découvrir