Vie associative

Une matinée riche en échanges

Publiée le 27 Juin 2022 par Sébastien CITERNE
La première matinée du congrès a permis de traiter deux thématiques importantes pour les Entreprises Adaptées

Le retour sur deux années exceptionnelles

Lors de cette première table ronde, les participants ont pu mettre en avant les capacités d'adaptation et d'agilité des Entreprises Adaptées.

Le Président de l'UNEA, Sébastien Raynaud, après avoir rappelé les chiffres d'évolution de l'emploi dans les Entreprises Adaptées (51 000 salariés dont 37 000 en situation de handicap fin 2021) et après avoir donné des tendances d'évolution des métiers au sein des structures (plus de structures positionnées sur des activités tertiaires, mais sans une désaffection des activités plus traditionnelles au niveau des emplois), il a rappelé les capacités d'adaptation des Entreprises Adaptées face aux différentes crises qu'elles ont dû traverser. La faculté à rebondir, à se réinventer, à se repositionner sur de nouvelles activités est une caractéristique de l'Entreprise Adaptée.

Luc de Gardelle, président de la Fédération des entreprises d'insertion et dirigeants d'un groupe d'Entreprises Adaptées, a également pu rappeler les capacités d'innovation des structures : innovations sociales, innovations techniques mais surtout innovations partenariales : la démarche des Consortiums initiée par l'UNEA en est un exemple flagrant. En reprenant l'exemple du Consortium Textile, il a ainsi rappelé que cette démarche avait permis de développer 1 800 000 heures de travail annuel pour les entreprises inclusives traduisant ainsi la capcité à travailler ensemble des structures.

Malika Kessous a également pu confirmer la faculté de mobilisation et de coordination des Entreprises Adaptées pour répondre à des marchés de capacité importante en prenant l'exemple du marché des masques ou des kits maternité. Ces exemples sont intéressants et montrent les capacités de structures, généralement des PME, à travailler ensemble : ces exemples peuvent servir d'exemple pour développer de futurs autres marchés sur d'autres segments d'achats.

Nicolas Beaudouin a, de son côté,  pu rappeler que la mise à jour en cours de l'étude sur le gain social et sur le retour sur investissement pour la puissance publique du soutien des Entreprises Adaptées devrait confirmer les tendances des éditions précédentes même si de nombreux paramètres ont évolué depuis la dernière parution (financement des Entreprises Adaptées, réforme des allocations sociales, évolution de l'impôt sur le revenu et de la fiscalité des entreprises...).

Laure de Guerny a rappelé que les acteurs du service public de l'emploi (SPE) sont mobilisés pour accompagner les recrutements dans les Entreprises Adaptées : la mise en oeuvre du lieu unique d'accueil, l'évolution du système d'information permettant de taguer les Entreprises Adaptées comme des recruteurs spécifiques, les webinaires d'informations croisées entre l'offre de services du SPE et la connaissance des publics spécifiques des Entreprises Adaptées, l'opération spécifique lancée sur 3 territoires (Montluçon, Poitiers, Compiègne) pour faciliter le recrutement ont participé à l'accompagnement du sourcing et du recrutement dans les Entreprises Adaptées.

Claire Pennarun, représentante des traiteurs de France, a pu expliquer les démarches engagées par une branche en tension en matière d'emploi. L'exemple mis en avant d'un partenariat avec une EATT a permis de repérer du public en situation de handicap en capacité de se positionner sur les métiers proposés et de les positionner sur des missions d'intérim.

L'accompagnement dans les Entreprises Adaptées

Pour commencer la seconde table ronde, Saphia Larabi, directrice de l'Observatoire de la Fabrique Spinoza a permis de mettre en avant les pratiques innovantes en termes d'accompagnement, de management, ... que l'étude lancée en 2019 a mis en lumière : des exemples inspirants issus des Entreprises Adaptées AKTISEA, TALENDI, KANNTI, BBIRD, RECYCLEA, DEASTANCE SERVICES, IPOLAIS, ADIS, ACTES, SABBOJ, WEEZEA, YUMAINCAP...

Sébastien Citerne a ensuite mis en lumière les actions et les pratiques des Entreprises Adaptées pendant la crise sanitaire : la période de confinement et de télétravail ont nécessité des adaptations permanentes et des liens renforcés avec les collaborateurs en activité à domicile ou ayant du stopper leur travail du fait de leur fragilité. Il est intéressant de noter que des exemples de bonnes pratiques et d'outils mobilisés pendant la crise ont pu être maintenus après la reprise d'activité.

Marylène Coppi de l'Aract Hauts-de-France a pu mettre en avant les premiers éléments d'un accompagnement mené auprès des Entreprises Adaptées des Hauts-de-France et de Normandie et partagé son rapport d'étonnement à l'ensemble des participants notamment l'agilité des Entreprises Adaptées dans cette période mais aussi les difficultés à prendre de la hauteur vis-à-vis du traitement de la situation (qu'est ce qui relève du national, du local ou de l'entreprise elle-même).

Pamela Bryant, dirigeante de l'Entreprise Adaptée Deastance Services, a pu montrer l'évolution de l'organisation et du management de l'accompagnement des projets professionnels qu'elle a développé dans son Entreprise Adaptée en déployant l'expérimentation CDD Tremplin : le travail avec le client susceptible de recruter les collaborateurs concernés, le travail sur le développement des compétences et notamment les compétences douces, la clarté dès l'origine du parcours proposé au collaborateur sont des facteurs clés de succès de la démarche globale de l'entreprise.

Enfin Joseph Blombo, en tant cette fois de représentant d'Andicat, a présenté les potentielles opportunités de collaboration à entretenir avec les ESAT au regard de la réforme engagée qui permettra demain aux usagers de cumuler un contrat d'accompagnement et une activité salariée.

Nous remercions les intervenants pour la qualité et la diversité des échanges qui ont ouvert le spectre des possibilités pour les Entreprises Adaptées présentes.